Hugo Paviot poursuit son triptyque autour du personnage mystérieux d’Alexandre avec un nouveau volet paru aux éditions de l’amandier et intitulé « La Mante ». Retour sur ces deux textes qui mettent en exergue la complexité de l’écriture de cet auteur.

v_book_399000942682

Les culs de plomb 

Le premier volet de cette trilogie plonge immédiatement Alexandre dans un flou total. Devenu mystérieusement autiste du jour au lendemain, il reste totalement hermétique au monde qui l’entoure essayant à sa manière de remettre en ordre les pièces du puzzle de sa vie antérieure. Aux côtés de sa fiancée et de l’assistante sociale de la clinique il tente d’apprivoiser une passion nouvelle pour l’astrophysique et d’en décrypter les codes. Première étape vers un passage à l’âge adulte plus serein, Alexandre fera face à des secrets indicibles enfouis au plus profond de son cerveau emmuré.

La Mante 

Si l’on retrouve un Alexandre en apparence apaisé, il n’en demeure pas moins torturé. Peintre mondialement connu son œuvre reste étrangement liée à l’image de sa muse Anna. Dans un rapport amour/haine continu avec son modèle Alexandre parvient à admettre que derrière sa muse c’est l’image de sa mère qu’il recherche avidement. Pour se libérer enfin de cette dictature et comprendre son passé il part à sa recherche. En toile de fond l’Espagne en conflit intérieur avec son histoire et le règne de Franco. Alexandre parviendra-t il à trouver la paix ?

« La mère : Je pars. Mais si tu regardes bien, à l’endroit où je ne serai plus, quelque chose de moi demeurera qui deviendra toi. Adieu. »

En apparence le postulat de départ parait relativement simple, les dialogues presque triviaux. Mais au fur et à mesure que l’on avance dans l’intrigue de l’une ou l’autre de ces deux pièces le maillage du filet se resserre autour de son personnage principal et place le lecteur au cœur d une intrigue presque policière. Dans un style particulièrement fluide c’est une véritable quête initiatique qu’Hugo Paviot nous propose de vivre aux côtés de son Alexandre personnage opaque dont on découvre les failles au fil des pages. C’est là la force de ses deux textes, un crescendo parfaitement maitrisé qui met en lumière un certain sens du suspense. Le lecteur avance à tâtons à l’instar d’Alexandre en marche pour affronter ses démons. Deux volets passionnants à découvrir en attendant la fin de ce triptyque énigmatique !

Audrey Jean

« La Mante » Hugo Paviot
ISBN 978 2 35516263 3
16 €

« Les Culs de Plombs » Hugo Paviot
ISBN 978 2 35516 111 7
14 €

Cet auteur est publié aux éditions de l’Amandier

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER