Découvrez l’écriture de Stefan Çapaliku avec son dernier texte « Trilogia Albanica » récemment paru aux éditions l’espace d’un instant.

« Le père, à lui-même : En réalité…en réalité, si on veut pousser la réflexion jusqu’au bout…ma vie est remplie de péchés. J’ai commencé dès l’enfance. Mes premiers souvenirs sont des péchés. Si je fouille dans ma mémoire, je me souviens du premier évènement de ma vie qui ait laissé une trace, un premier fossile dans mon cerveau, et je découvre de façon effrayée qu’à l’âge de quatre ans seulement, j’ai regardé par le trou de la serrure de la porte de la salle de bain; et j’ai vu se laver  la femme de mon oncle, une belle femme. »

La Trilogia Albanica est une traversée de l’Albanie contemporaine, celle qui a suivi un demi-siècle de dictature communiste avant d’entrer avec fracas dans un capitalisme des plus sauvages. L’ensemble est un chaos, un théâtre de paradoxes, une danse entre modernité et identité. I am from Albania, monologue pour une jeune fonctionnaire, croise la condition féminine et la géopolitique dans un cauchemar grotesque. Mais bien plus que de l’Albanie, c’est le sort de n’importe quel pays émergent qui est ici mis en jeu. Allegretto Albania, comédie noire, confronte deux réalités antagonistes : d’une part celle de la télévision, qui ne cesse de claironner les formidables progrès du pays, et d’autre part celle d’une famille, qui vit recluse sous la menace d’une vengeance coutumière plus ou moins imaginaire. Made in Albania, tragédie comique, joue de la même dualité : dans l’atelier au sous-sol, on partage la vie des esclaves de la délocalisation, tandis qu’au-dessus, dans la rue au soleil, le carnaval bat son plein. Dans ce triptyque détonant, on lit évidemment le destin d’un pays tout entier, où la pratique de l’isolationnisme radical pendant un demi-siècle a bouleversé la relation à l’autre et rendu possible l’engloutissement de 80 % de l’économie nationale dans une pyramide de Ponzi. Le bateau coule, mais l’orchestre continue à jouer.

« Trilogia Albanica » de Stefan Çapaliku

Traduit de l’albanais par Anna Couthures-Idrizi

ISBN 978 2 37572 002 8
19€

Éditions l’espace d’un instant
Maison d’Europe et d’Orient

SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
ARCHIVES
NE PAS MANQUER