Récemment paru aux éditions Théâtrales, découvrez le dernier texte de Milène Tournier « Et puis le roulis ».

Fils : Maman, Maman, est-ce que, moi aussi, un jour je vais mourir ?
Mère : Non, Jacques, tu ne mourras pas. Jamais. 
Choeur monstrueux : Elle devait être folle, avoir dit ça  Et dans la file d’attente, à la boulangerie, sur la place, un dimanche matin. Elle aurait pu, c’est commun, balayer la question autrement, d’un très vague oh, dans très très très longtemps, et après tout on sait bien, que très très très longtemps c’est loin comme jamais pour l’enfant qui pense à hauteur de journée, à taille de goûter. Mais non, devant nous, la mère avait dit ça  que l’enfant ne mourrait jamais, elle avait dit son prénom et puis la phrase.
Dans ce dialogue entre la mère, le père et le fils-monstre, les paroles déferlent comme les marées, entraînant avec elles ceux qui ont appris à nager en eaux troubles. C’est tout un monde qui émerge soudain par la force évocatrice des mots, seuls capables de retranscrire la douleur de se sentir étranger face aux autres et face au monde entier. Il ne reste plus, alors, qu’à prendre le large et à se construire des châteaux de sable dans la tête pour ne pas perdre pied.
Avec un souffle puissant qui nous soulève dans le cœur des tempêtes secrètes, l’autrice cartographie le paysage mystérieux de la maladie et de l’autre. L’autre : ce fils qu’on ne comprendra jamais tout à fait, cette créature étrange avec du vent sous le front et la langue au bout des doigts.
Une pièce intime pour deux actrices, deux acteurs et un chœur, qui nous emporte aux extrémités de nous-mêmes.
« Et puis le roulis » de Milène Tournier 

ISBN 978-2-84260-788-3
8€

éditions Théâtrales 

SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
ARCHIVES
A NE PAS MANQUER