À l’occasion du cent cinquantième anniversaire de la naissance d’Érik Satie, Pierre Notte s’empare avec brio de sa musique et de ses mots pour nous offrir un cabaret délicieusement fantasmagorique. Déjà auréolé d’un beau succès au Théâtre du Rond-point cette saison « Night in white Satie », en apparence déjantée et léger, est en réalité l’un des portraits les plus précis jamais ébauché sur Satie. Un spectacle éclatant interprété par des artistes de haut-vol à commencer par l’incandescente Nicole Croisille, un véritable ovni qui donne à voir le compositeur dans toute sa densité.

 

L’atmosphère est feutrée au Théâtre du Balcon, il est tard dans la nuit avignonnaise, le moment idéal incontestablement pour évoquer toute la folie, toute la complexité de la personnalité et de l’oeuvre protéiforme de Satie. Pierre Notte convoque ici cet esprit fantasque, cette âme libre qui se joue des conventions et des normes, pour écrire et composer de toutes pièces une fresque aux multiples couleurs. Le spectacle adopte en effet le genre du cabaret dans ce qu’il a de plus ouvert, de plus affranchi, de plus fou. Ainsi sur le plateau la pianiste Donia Berriri rendra hommage aux notes même de Satie interprétant ça et là Gnossiennes et autres Gymnopédies mais pas uniquement. De nombreux aphorismes de Satie rencontreront des lettres plus personnelles, des textes écrits au hasard, digressions philosophiques ou simples confessions d’états d’âmes. Tout cet assemblage de matériaux divers, de documents étranges, tout ce qui compose l’univers déroutant et unique d’Erik Satie sera là, représenté sur le plateau embrumé, plongé dans un chaos savamment organisé. Deux comédiens Anita Robillard et Nelson-Rafaell Madel seront chargés de l’animation, sorte de maîtres de cérémonie drolatiques et investis d’une mission de la plus haute importance. Ils seront accompagnés pour ce faire par Nicole Croisille, en véritable diva  elle interprétera avec maestria plusieurs chansons et s’amusera surtout follement avec ses comparses dans ce cabaret d’un nouveau genre. Tous se partageront équitablement ce magma brûlant d’inventivité, cette forme mouvante et malléable à l’infini. Kevin Mischel enfin, dansera, peu loquace mais absolument fascinant dans chacun de ses mouvements, il emportera avec lui la part de naïveté dans cette oeuvre si originale, la part d’enfance et d’innocence aussi peut-être. Pierre Notte réussit ainsi le pari un peu fou de représenter Satie dans sa globalité, dans son ensemble permettant à chacun, néophyte ou averti, de comprendre et de ressentir au mieux son génie.

Audrey Jean

« Night in White Satie » de Pierre Notte

Avec Nelson-Rafaell Madel, Nicole Croisille, Kevin Mischel, Donia Berriri, Anita Robillard

Festival Off d’Avignon 
Théâtre du Balcon à 22H15  

SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
ARCHIVES
A NE PAS MANQUER