Articles

Les deux nobles cousins

Par Audrey Jean, le 28 mars 2012 — 3 minutes de lecture

Le Théâtre 13 met à l’honneur Shakespeare et nous propose de découvrir un de ses textes les plus méconnus « Les deux nobles cousins ». Revisité avec talent par la Compagnie du hasard objectif, cette pièce bien qu’imprécise prend ici une dimension supplémentaire notamment grâce à la mise en scène de Sara Llorca.


Arcite et Palémon, les deux cousins inséparables partagent la même cellule en prison. Le simple fait d’être ensemble leur suffit à envisager cette épreuve avec amusement et sérénité. Mais lorsque la belle Emilia passe sous les fenêtres de leur cellule, ils en tombent aussitôt fous amoureux et sont prêts à tout pour la conquérir. Cet amour éperdu sentiment nouveau pour eux, pousse les deux cousins à la jalousie et à la haine de l’autre les conduisant inexorablement vers une fin tragique.

Shakespeare co-écrit cette pièce avec John Fletcher à la fin de sa vie.  A une époque où le théâtre anglais est en crise, son écriture s’en ressent  Shakespeare est pessimiste. Son texte est extrême, empreint d’amertume et de désespoir, comportant des changements de style permanents. Il maltraite ses héros, les précipite dans une fatalité illogique. Mais surtout il s’amuse de leurs folies, les immergeant en permanence dans la confusion et l’ambivalence.


« Thésée : Emilia l’un des deux doit mourir. Acceptes-tu de prendre l’autre pour époux ? »


Sara Llorca choisit dans sa mise en scène de mettre l’acteur au centre de toutes les attentions éclipsant ainsi les faiblesses de ce texte parfois excessif. Elle est soutenue par la scénographie sublime de Charles Vitez. Le plateau ne contient qu’un gradin représentant les différents lieux de l’intrigue et permettant aux comédiens d’être à leur tour spectateur de l’action. En fond une immense toile sur laquelle se dessinent les ombres des acteurs complète un esthétique poétique et puissant. On notera également quelques références à l’univers du cirque renforçant l’ambiguïté constante et la démesure du texte.

L’équipe de comédiens donne toute sa force à ce spectacle, on accorde toutefois une mention spéciale aux interprètes des deux cousins Guillaume Séverac-Schmitz et François de Brauer pour leur interprétation remarquable. Le rythme est haletant, les émotions sont brutales et soutenues par une musique live énergique.

Bien que moins représentatif du génie de Shakespeare que d’autres classiques, on ne saurait trop recommander de découvrir cette adaptation, ne serait-ce que pour le travail fourni par la compagnie. Le théâtre 13 nous surprend une fois de plus par sa prise de risque et on assiste à un passionnant moment de théâtre.

Audrey Jean


« Les deux nobles cousins » de William Shakespeare et John Fletcher

Mise en scène de Sara Llorca

Adaptation : Denis Llorca
Scénographie : Charles Vitez

Avec : François de Brauer, Chloé Chevalier, Emmanuel Faventines, Pierre-­‐François Garel, Pauline Huruguen, Lara Marcou, Estelle Meyer ou Sara Llorca, Sébastien Mignard et Guillaume Séverac­‐Schmitz

Du 20 Mars au 29 Avril
le mardi, jeudi et samedi à 19h30
le mercredi et vendredi à 20h30
le dimanche à 15h30


Théâtre 13 Seine

30 rue du Chevaleret
75013 Paris

Crédits photos : Fabienne Rappeneau / WikiSpectacle

http://www.theatre13.com/