Le théâtre de l’Atelier, en ce début d’année, retrouve Mélanie Thierry qui s’était illustrée dans ce lieu en 2010 avec Baby Doll. Cette fois, c’est sous la direction de Jean-Louis Martinelli et dans une pièce d’Eugène O’Neill, Anna Christie que nous la retrouvons pour notre plus grand plaisir. Cette pièce, adaptée de façon remarquable par Jean-Claude Carrière, fait partie du dernier volet du triptyque d’Eugène O’Neill.


Cette œuvre traduit les retrouvailles d’un père, Chris Christopherson alcoolique et marin de son état (Feodor Atkine) et de sa fille Anna (Mélanie Thierry). Celle-ci, placée dans une ferme à la mort de sa mère, a suivi un chemin erratique la conduisant à devenir une prostituée. Ses rapports contrariés et tendus l’amènent à se rapprocher de son père quand Matt, un jeune marin croise leur chemin. Anna et Matt vont tomber amoureux.

Jean-Louis Martinelli a pris soin d’éviter tout pathos dans cette pièce en proposant une mise en scène frontale sans aménagements émotionnels particuliers si ce n’est ce qui se dégage naturellement des personnages.

ANNA CHRISTIE (Jean Louis MARTINELLI) 2015

Mélanie Thierry, pour qui le rôle d’Anna convient à merveille, est parfaite dans le rôle de cette jeune fille en quête de son père. Les questions qu’elle pose sont nombreuses et constituent pour elle des obstacles majeurs à une nouvelle vie. En avance sur son temps, Eugène O’Neill nous présente un personnage versant dans les prémices du féminisme en décidant de s’assumer totalement. Stanley Weber campe un marin à la forte personnalité, fou amoureux d’Anna, et dont la simplicité émeut les spectateurs. Chris, le père incarné par Feodor Atkine, joue un personnage attachant qui oscille entre un certain décalage favorisant l’humour et une gravité des sentiments qui l’animent avec Anna. Toute l’ambiguïté de son personnage repose sur ces deux versants de sa personnalité. Charlotte Maury-Sentier est très juste dans son rôle de maitresse de Chris.

La scénographie étudiée, afin de recréer tantôt le port ou tantôt le bateau avec un brouillard plateau, nous replace dans le contexte de cette pièce où les sentiments cheminent également avec la vie rude et solitaire des marins. Une fort jolie pièce à découvrir à l’Atelier !

Laurent Schteiner

Anna Christie d’Eugene O’NEILL
Adaptation Jean-Claude CARRIERE

Mise en scène : Jean-Louis MARTINELLI

Équipe technique :
Scénographie : Gilles TASCHET
Lumières : Jean-Marc SKATCHKO
Costumes : Camille JANBON
Son : La MANUFACTURE SONORE
Collaboratrice artistique : Amélie WENDLING
© Pascal Victor – Artcomart

Avec : Mélanie THIERRY, Stanley WEBER, Féodor ATKINE, Charlotte MAURY-SENTIER

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER