Récemment programmé au Théâtre de la Cité internationale avec la reprise de « L’Avenir » créé aux Plateaux Sauvages en 2018 Clément Bondu nous a de nouveau offert un voyage crépusculaire, une plongée embrumée dans un futur apocalyptique qui retrace le parcours de ceux qui restent après la désolation. « Les nouveaux tziganes » derniers hommes à la recherche d’un lieu pour survivre tandis qu’il ne reste rien de notre monde. Un poème sombre et envoûtant mis en musique avec maestria.

Clément Bondu est un artiste multiple et pluridisciplinaire et ses spectacles se trouvent précisément à la jonction de plusieurs formes. « L’avenir » ne déroge pas à la règle, ce poème à l’instar de « Nous qui avions perdu le monde » saisit avant tout par la force de sa langue, une écriture âpre et pour autant mélodieuse portée par un lyrisme noir mais l’accompagnement musicale lui confère très vite une nouvelle dimension. La musique électronique jouée en live par deux compositeurs musiciens émérites Jean-Baptiste Cognet et Yann Sandeau nous entraîne dans l’univers du Slam, revigorant la mélancolie et le spleen du texte, renforçant la musicalité naturelle de la langue de Clément Bondu. Il n’y pas de hasard, le jeune interprète est passé par la musique et sait parfaitement amalgamer ses différentes expériences pour offrir des performances uniques. Car en effet s’ajoute à cela une recherche d’identité plastique dans la scénographie pour superposer à l’écoute des images prégnantes. l’atmosphère sera crépusculaire il va s’en dire, cet oratorio se veut récit d’une dystopie, description d’un monde perdu, celui qui vient après la fin de l’Europe, la fin de nous. Une dystopie somme toute réaliste au regard du pessimisme ambiant et de l’actualité toujours plus anxiogène. La mise en perspective du parcours de ces « nouveaux tziganes » racontés par Clément Bondu s’impose très vite comme plausible futur d’une humanité fragile. Inclassable le spectacle relève de l’expérience à vivre, si l’on accepte le voyage il donne à entendre avec ferveur, toute la détresse du monde.

Audrey Jean

« L’Avenir »

Texte, conception et interprétation de Clément Bondu 
Composition et interprétation musicale Jean-Baptiste Cognet et Yann Sandeau 
Voix Off Isabel Aimé Gonzalez Sola 

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER