Ce spectacle adapté du roman de Virginie Despentes, Apocalypse bébé, ne peut laisser personne indifférent dans l’exploration qu’il fait d’une certaine jeunesse mal dans sa peau à la lueur de problématiques sociétales et le tout mâtiné d’humour. La mise en scène de Selma Alaoui est une pleine réussite par sa fidélité au texte de Virginie Despentes et par sa totale maitrise de l’esprit visionnaire de notre époque.

La pièce débute avec  la disparition de Valentine, jeune ado déboussolée. Lucie Tolédano chargée de la retrouver s’adjoint les services de la Hyène, une enquêtrice totalement déjantée et efficace. A travers un road movie, elles vont reconstituer le parcours de Valentine. Peu à peu la personnalité de Valentine transparait avec les zones d’ombres qui la meurtrissent. Valentine, à la personnalité à fleur de peau, multiplie les provocations trash où la sexualité devient une arme puissante à la fois protectrice et destructrice. Sa mère qui n’en a que le nom et dont l’amour maternel est resté lettre morte, tente de recoller des morceaux épars sans y parvenir. Ce roman inclassable de Virginie Despentes met ainsi en exergue un thème cher à Elisabeth Badinter et parfaitement rendu par Selma Alaoui : l’instinct maternel n’est pas inné. Virginie Despentes repousse les limites en fracassant les clichés de notre société avec humour. Pourquoi Lucie Tolédano ne tomberait pas amoureuse d’une femme ? Pourquoi Valentine ne se livrerait pas à toutes les provocations possibles allant même jusqu’à générer le malaise. Mais dans l’univers de Virginie Despentes, tout se dit, tout se fait et tout s’accepte. C’est d’ailleurs à ce prix qu’on reste vivant ! Au-delà de l’évocation des problèmes relationnels parents-enfants, elle nous laisse entrevoir que la violence peut s’immiscer à travers les interstices d’une société immobile. La conclusion n’en est que plus glaçante. Méritons-nous ce qu’il nous arrive ? Comme on le voit, ce spectacle dispose de ramifications aussi profondes que les racines du mal engendrées par le sur-place de notre société.

En brisant le quatrième mur, Selma Alaoui traduit tout l’humour de l’auteure par un jeu interactif avec le public. Le personnage de la Hyène est proprement jubilatoire. Chaque comédien joue différents rôles avec soin. Saluons le travail de direction d’acteurs et la mise en scène de Selma Alaoui qui s’est attaquée à un monument de la truculence littéraire. Tous les comédiens de ce collectif sont excellents. Selma Alaoui a su adapter avec subtilité une oeuvre difficile à transposer au théâtre. La scénographie et les effets spéciaux apportent une note et une couleur particulières soulignant le caractère « trash » du spectacle. Souhaitons une belle continuation à ce beau spectacle !

Laurent Schteiner

 

Apocalypse Bébé de Virginie DESPENTES
Adaptation et mise en scène de Selma ALAOUI

Avec Maude FILLON, Ingrid HEIDERSCHEIDT, Nathalie MELLINGER, Achille RIDOLFI, Eline SCHUMACHER, Aymeric TRIONFO, Mélanie ZUCCONI

  • Scénographie & costumes : Marie SZERSNOVICZ
  • Création lumières : Simon SIEGMANN
  • Création sonore : Guillaume ISTACE, David DEFOUR
  • Dramaturgie : & vidéo : Bruno TRACQ
  • Assistanat à la mise en scène : Amel BENAÏSSA, Jeanne DAILLER
  • Direction technique : Rémy BRANS
  • Conseil vidéo : Arié VAN EGMOND
  • Conseil artistique : Émilie MAQUEST, Coline STRUYF
  • © Photo Lou HERION

Théâtre Paris-Villette
211 ave Jean-Jaurès
75019 Paris
Résa : 01 40 03 72 23

 

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER