Après « Looking for Hamlet » Jules Audry revient au théâtre de Belleville avec une mise en scène chiadée de « Célébration ». Le texte de Pinter est plus pernicieux, plus sinueux que celui de Shakespeare et Jules Audry confirme magistralement l’essai, il extrait avec brio l’essence acide de cette écriture trouble pour un rendu visuel léché et particulièrement prégnant. Jusqu’au 28 Avril !

Ils célèbrent tous quelque chose dans ce restaurant à la mode, un anniversaire de mariage, une promotion, ce sont des gens normaux, des couples qui se font et se défont, des binômes qui se cherchent, qui se testent, qui se tendent. Toute la complexité de l’écriture de Pinter, tous les enjeux de ce texte sont ici sublimés par la mise en scène audacieuse de Jules Audry. Il prend en effet le parti, à l’instar de son « Looking for Hamlet » de placer son intrigue dans un registre cinématographique voire pictural. Il crée ainsi des tableaux esthétiquement très aboutis, des scènes dessinées à la perfection comportant de multiples détails, des peintures dont le vernis se craquelle au fur et à mesure de la soirée. L’écriture de Pinter accompagne cette sensation de lente dégradation, elle fait la part belle aux non-dits, aux hors-champs qui suintent cependant de plus en plus, qui finissent par déborder des personnages eux-mêmes. Ainsi toute la maîtrise absolue de l’apparence avec laquelle les personnages nous accueillent, cette arrogance assumée, laissent peu à peu la place à une violence sourde, à une aigreur rampante et un malaise grandissant. La fête devient gênante, les sourires se crispent, les corps se figent dans un ballet devenu absurde et grotesque. Le travail sur la scénographie est brillant, il installe immédiatement le spectateur dans cette atmosphère étrange, ce moment de tension hypnotisant que l’on devine à la limite du chaos. L’équipe d’interprètes quant à elle parvient par son jeu extrêmement précis à renforcer les images glaçantes, teintée de juste ce qu’il faut de kitsch. Ils déroutent leur audience, et jouissent des noirceurs et de la vulgarité de ces personnages détestables et géniaux. Une célébration décadente à ne manquer sous aucun prétexte !

Audrey Jean

« Célébration »  de Harold Pinter
Texte français Jean Pavans
Mise en scène Jules Audry

Création lumière François Duguest
Collaboration artistique Anne-Sophie Lombard

Avec Quentin Dassy, Francesca Diprima, Léa Fratta, Faustine Koziel, Orane Pelletier, Garion Raygade, Ulysse Reynaud, Marco Santos et Florence Vidal

Théâtre de Belleville
Jusqu’au 28 avril 2019

Du mercredi au samedi 21h15
Le dimanche 15h

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER