Darling ou la vie chaotique et malheureuse d’une « paysante » est le roman d’une femme meurtrie, une cousine éloignée de Jean Teulé qui ignorait jusqu’à peu son existence. L’auteur, à la demande de cette parente, a mis des mots sur le calvaire de cette femme afin de créer une catharsis salutaire. Le Studio Hébertot, fidèle à sa programmation de textes contemporains nous offre une adaptation percutante de l’œuvre de Jean Teulé. Cette création, confondante, mise en scène par Laurent Le Bras est de toute beauté.

Mis en lumière, l’ordinaire devient exceptionnel lorsque l’histoire intime d’une femme résonne de telle manière qu’elle devienne le porte-parole de nombreuses voix féminines qui partagent le même destin funeste. Revenir sur la vie de Darling est un voyage au cœur de la désolation. Elevée par des parents frustres et brutaux, elle grandit seule avec ses deux frères plus âgés. Habitant au bord d’une nationale, elle voit souvent passer les camions de routiers. « La seule chose qui m’intéressait chez mes parents, c’est la route qui passait devant. Les camions et les routiers qu’on voyait dedans ». Ressentant ses premiers émois pour les routiers qui représentent la liberté, elle envisage de fuir avec l’un d’entre eux.  Son bonheur est à portée de main mais elle finit par tomber de Charybde en Scylla. Ces rêves d’avenir, qu’elle entretenait, sont devenus un chemin de croix où le malheur s’est ajouté au malheur.

Les chansons et la musique omniprésente de Simon Chomel apportent du corps aux propos de Darling. A ce titre le rythme narratif endiablé de Claudine Van Beneden et de Simon Chomel tient le public en haleine. La musique devient dès lors inséparable du texte agissant en une véritable osmose.  Ce spectacle sans fard ni pudeur, à l’état brut, ouvre la porte à la réalité douloureuse de Darling. Il nous impose de regarder l’âpre vérité sans détours. La présence d’un humour corrosif constitue le  véritable corolaire d’une distanciation nécessaire à la survie de Darling. Saluons la performance de Claudine Van Beneden époustouflante d’un bout à l’autre de la pièce.  A bien des égards, ce spectacle crée une onde de choc dont les effets se poursuivent bien au-delà. Une magnifique création à ne pas manquer !

Laurent schteiner

« Elle voulait qu’on l’appelle Darling. Elle y tenait ! Pour oublier les coups reçus depuis l’enfance, les rebuffades et les insultes, pour effacer les cicatrices et atténuer la morsure des cauchemars qui la hantent. Elle voulait que les autres entendent, au moins une fois dans leur existence, la voix de toutes les Darling du monde… »

 

Darling d’après le roman de Jean TEULÉ
Adaptation de Claudine VAN BEDEDEN, Chantal PENINON et Laurent LE BRAS
Mise en scène de Laurent LE BRAS

Avec Claudine VAN BEDEDEN et Simon CHOMEL

  • Chansons : Grégoire BERANGER
  • Scénographie : Sophie TOUSSAINT et Laurent LE BRAS
  • Créations lumières : Matthieu BASSAHON
  • Lumières : Olivier RICHARD
  • Son : Magali BURDIN
  • Création vidéo : Stephen VERNAY
  • Régie et conseils vidéo : Clément marie MATHIEU

Studio Hébertot
78 bis boulevard des Batignolles
75017 Paris
Locations : 01 42 93 13 04
www.studiohebertot.com

Le mercredi à 21h, le jeudi, vendredi et samedi à 19h, le dimanche à 17h

 

 

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER