Le Studio Hébertot nous présente actuellement une pièce fort originale, quelque peu intimiste, qui décrit l’itinéraire truculent d’un comédien juif. Ce récit autobiographique est savoureux à plus d’un titre car il mêle un kaléidoscope d’émotions nous touchant tous en plein coeur. Daniel Milgram nous renvoie à nous-mêmes en interrogeant Dieu, nos rêves ou encore nos doutes. Ce spectacle bien ficelé nous entraîne dans l’enchevêtrement incertain de nos sentiments les plus intimes.

Ce spectacle qui ne ressemble à aucun autre est un savant mélange de réflexions et de ressentis drôles et décalés. La pudeur des sentiments du comédien Daniel Milgram, interprété par Patrick Simon, cache une sensibilité à fleur de peau qui donne à ce spectacle un cachet bouleversant. En se confrontant à son père mourant, il en profite pour faire l’inventaire de se vie où sa judéité l’a repoussé dans ses propres contradictions. Il les a utilisées à son profit en y mêlant une dose de dérision propre à cet humour juif qu’on apprécie. Paraphrasant le Talmud « parler de soi, c’est parler de l’humanité« . Alors soit, familier des films de Marlon Brando, le futur comédien ne se départit pas de sa passion pour cet acteur hors-normes qui constitue un modèle pour lui. Plus tard, la guerre, sa clandestinité à Chambon sur Lignon parmi des JUSTES l’éloignent d’une ferveur religieuse acquise depuis sa plus tendre enfance. Cet éloignement est toujours temporaire chez tout juif. Portant la dérision sur le mythe de la mère juive, il s’amuse du rôle joué par le père dans la tradition. « Qu’est-ce donc qu’un père juif ? Une mère normale ! » A travers ce trait d’esprit, on entrevoit clairement les sentiments déchirants qui animent ce fils à son père. On se garde de demander ce que pourrait être alors une mère juive ! Puis, les questions qui l’ont assaillies toute sa vie lui reviennent en mémoire avec force alors que son père se meurt. Ses demandes se font alors plus déchirantes d’autant qu’il a conscience que c’est la dernière fois qu’il les posera … Il restera désormais seul avec ses questions… Patrick Simon, brillant interprète de ce spectacle, est tour à tour drôle, poignant ou mordant. Patrick Simon réalise là une performance pleine d’émotions et d’humanité.

Laurent Schteiner

 

Dieu, Brando et moi de Gilles TOURMAN sur une idée de Daniel MILGRAM
Mise en scène de Patrick SIMON et Maurice ZAOUI

Avec Patrick SIMON

  • musique : Ilan ZAOUI
  • © photo LOT

Studio Hébertot
78 bis Boulevard des Batignolles
75017 Paris
www.studiohebertot.com

Locations  : 01 42 93 13 04

du mercredi au samedi à 21h, le dimanche à 15h jusqu’au 17 novembre 2019 

 

 

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER