Le Lucernaire met actuellement à l’affiche un spectacle de toute beauté, Et ma cendre sera plus chaude que leur vie, d’après les carnets de note de Marina Tsvetaeva. La mise en scène épurée de Marie Montegani cède ctotalement la place au texte brillamment interprété par Clara Ponsot. Ce texte adapté  avec intelligence par Tzvetan Todorov est tiré du recueil Vivre dans le feu, les confessions de Marina Tsvetaeva.

Assise sur un siège face au public le visage grave Clara Ponsot, alias Marina Tsvetaeva, prend la parole. Elle est grave et elle nous aspire brutalement. La comédienne dispose sur scène d’une présence magnétique qui nous entraine dans l’incandescence de cette poétesse russe. Sa vie défile par bribes véhiculant sa croyance en une poésie où l’âme domine le corps. Ses souvenirs se précisent et s’enchainent dans les tourments de l’histoire. La course à l’abime décidée par Staline qui déclenche ses fameux procès inclinera Serguei Efron, son mari travaillant pour le NKVD, à prendre la fuite pour la France. Désormais au sein de la communauté d’émigrés russes, elle continue de le protéger et d’écrire. Ses amours et ses amitiés pour Rainer Maria Rilke ou encore Boris Pasternak sont chez elle le foyer d’une intense créativité.

Des réminiscences submergent à nouveau la poétesse. Comme une culpabilité inavouée, elle témoigne de de son amour inconditionnel pour sa fille Alia au détriment d’Irina. Mais l’artiste à nue reprend le dessus car l’écriture est toujours là. Sa présence est induite par l’amour de ses proches. Plus à l’est, l’engrenage meurtrier et dément des années 30 se rappelle à elle. En effet l’ambassade russe qui avait exfiltré Serguei en France, lui intime l’ordre de revenir dans la mère patrie. Il sera victime des purges de Staline et il sera envoyé au Goulag en compagnie d’Alia, leur fille. Désespérée, ne pouvant plus écrire, elle se suicidera. De cette vie tumultueuse, il nous reste une oeuvre puissante et féconde.

De cette magnifique langue, Marina nous a fait parvenir son exaltation de la vie à travers sa poésie. Sa passion pour les mots servant l’âme du poète nous frappe de plein fouet. Sa violence est proportionnée à sa passion et à ses meurtrissures. Saluons la performance de Clara Ponsot, qui est éblouissante de force et de violence dans l’interprétation de ce texte puissant. Ce faisant, elle nous retourne les sangs tant sa présence scénique nous hypnotise. L’apport de la vidéo souligne avec a propos le texte de ce spectacle. Un spectacle enchanteur !

Laurent Schteiner

 

Et ma cendre sera plus chaude que leur vie, d’après les carnets de note de Marina TSVETAEVA
Adaptation de Tzvetan TODOROV
Traduction de Nadine DUBOURVIEUX (Ed. Robert Laffont)

Mise en scène de Marie MONTEGANI

Avec Clara PONSOT

  • Lumières vidéo : Nicolas SIMONIN
  • Son : Marianne PIERRÉ
  • © photo Xavier CANTAT

Lucernaire
53 rue ND des Champs
75006 Paris
Locations : 01 45 44 57 34
www.lucernaire.fr

Jusqu’au 6 avril 2019 du mardi au samedi à 21h

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER