Laurence Andreini se lance un défi audacieux avec la mise en scène de l’emblématique « Idiot » de Dostoïevski actuellement à l’affiche au Théâtre de Belleville. Porté par des comédiens talentueux dont l’excellent Romain Cottard ce classique de la littérature ici habillé d’une scénographie résolument contemporaine questionne le rapport des êtres au monde et frappe le spectateur par sa modernité.

 

« Le prince Mychkine : Vous savez, être ridicule parfois ce n’est pas si mal et même ça vaut mieux…On ne peut pas tout comprendre d’emblée et commencer directement par la perfection ! Pour atteindre la perfection, il faut d’abord ne pas comprendre bien les choses. Si nous comprenons trop vite, il y atrop de choses que nous ne comprenons pas »

 

Après un séjour en Suisse pour soigner son épilepsie et une forme d’idiotie le prince Mychkine revient en Russie. Considéré par ses pairs comme un être à part en raison de sa spontanéité et de sa naïveté, il apportera un nouveau regard sur la société russe décadente et provoquera ainsi bon nombre d’interrogations.

idHD-4057 

C’est avant tout un travail colossal d’adaptation auquel la compagnie a dû faire face, le célèbre roman qui contenait une quarantaine de personnages prend la forme d’une partition écrite sur mesure pour six acteurs. Le résultat est fort cohérent, mené par un quatuor de tête incarné par les personnages de Mychkine, Rogojine, Aglaïa et Nastassia. L’intrigue est ainsi resserrée pour se concentrer sur les tréfonds de l’âme de ces héros. Sincère et bon, Mychkine veut sauver le monde et il offre généreusement sa croyance dans une société meilleure à tous ceux qui croiseront sa route. Mais ce monde est d’ores et déjà trop corrompu, trop névrosé pour être sauvé. Dostoïevski soulevait donc la problématique de l’incapacité de l’homme à vivre en harmonie avec ses contemporains. Ce pessimisme ,illustré par l’issue fatale de la pièce pour Mychkine, est particulièrement bien représenté par la scénographie. Plongé dans une atmosphère sombre et enfumée, le plateau est simplement meublé d’une structure noire transformée au fil du texte par les comédiens qui représentera les divers lieux de l’action. Romain Cottard campe un idiot particulièrement convaincant jouant avec beaucoup de sensibilité et de nuances. On saluera également la prestation de Clémentine Bernard fougueuse et complexe dans le rôle de Nastassia Philippovna. Une proposition contemporaine intéressante à découvrir jusqu’au 24 Novembre ! 

 

Audrey Jean

 

« Idiot » d’après le roman de Dostoïevski

Mise en scène de Laurence Andreini

Traduction de Sergueï Vladimirov

Texte écrit par Sergueï Vladimirov, Laurence Andreini et Pauline Thimonnier

Crédits photos : Frantz  

Avec : Romain Cottard, Clementine Bernard, Valentine Alaqui, Eric Bergeonneau, Philippe Maymat et Bertrand Poncet

 

Jusqu’au 24 Novembre

Du mardi au Samedi à 21H15
Le dimanche à 17H

 

Théâtre de Belleville

94 Rue du Faubourg du Temple
75011 Paris  

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER