Après Illumination(s) et F(l)ammes, Ahmed Madani vient de signer un spectacle entièrement dédié à la jeunesse, Incandescences, face à leur destin (chapitre.3). Ce spectacle affiche une choralité multiculturelle en mettant en scène neuf jeunes gens, tous nés à l’aune des années 90. Leurs vies personnelles mis en paroles et musique témoignent du destin qu’ils affrontent. Cette pièce constitue un parfait miroir des déceptions, des attentes et des rêves de cette jeunesse quelque peu perdue dans une société déshumanisée. A la fois drôle et profond, ce spectacle jette un regard objectif sur une jeunesse corsetée dans des carcans sociétaux et communautaristes.

Sur un plateau vide, un groupe de jeunes gens prennent place et prennent tour à tour la parole. Issus de milieux familiaux et culturels différents, ils relatent la rencontre de leurs parents qui précède leurs conceptions. Ces vies bien réelles mises en forme et en espace par Ahmed Madani donnent du poids à leurs témoignages. Chaque parcours emprunté par ces jeunes s’avère difficile et marqué par des différences notables tenant à leur environnement culturel. Leur langue est directe, impudique, grave ou légère convoquant une nouvelle forme de sociologie mâtinée de poésie. Cet échantillon de la jeunesse française est le reflet d’une jeunesse bigarrée qui a perdu ses repères et qui n’arrive pas à se projeter dans l’avenir. Mais Ahmed Madani se veut factuel et rejette toute tentative d’analyse péremptoire. Les thèmes de la sexualité reviennent souvent ainsi que le rapport à l’autre. Un rapport à l’autre compliqué qui enracine les problèmes de ces jeunes. A l’image de ces boîtes dans lesquelles chacun se trouve prisonnier. Cette prison a pour origine un milieu culturel familial et urbain. Des règles tacites sont présentes à l’intérieur de la famille où le poids patriarcal ou matriarcal écrase toute entreprise qui ne respecterait pas certains codes. Des règles à l’intérieur mais également des règles à l’extérieur où le poids de la cité rejoint le carcan familial. Déployant une écriture vidéographique des corps, des visages ou du groupe, Ahmed Madani entretient le fil qui réunit tous ses individus.

Agissant comme une catharsis sur ces jeunes, ce spectacle empreint d’humour et de gaité présente une jeunesse dont l’incandescence constitue une forme de résilience. Le corps et la parole deviennent des vecteurs de liberté. Chants et chorégraphies complètent cet axe salutaire. Le rapport à la sexualité ne représente qu’un marchepied à l’amour qui les transcende. Dans ces conditions, ils sont prêts à briser les chaines qui les retiennent et sortir de ces boîtes qui les emprisonnent. Une fois de plus Ahmed Madani promène son regard avec acuité sur une jeunesse désemparée mais résiliente au point de briser les chaines qui l’entravent. Il clôt ce chapitre de façon lumineuse en projetant un flot d’optimisme et d’espérances bénéfiques.

Laurent Schteiner

TOURNÉES:

Châtenay-Malabry (92) / du 15 au 16 décembre / Théâtre Firmin-Gémier/La Piscine
Libourne (33) / le 7 janvier / Le Liburnia
Valenciennes (59) / le 13 janvier / Le Phénix – Scène nationale
Evry (91) / les 26 et 27 janvier / L’Agora-Desnos – Scène nationale de l’Essonne
Pontault-Combault (77) / le 29 janvier /  Le Théâtre Les Passerelles– Scènes de Paris-Vallée de la Marne
Bobigny (93) / du 3 au 7 février / La MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis à Bobigny
Coulommiers (77) / le 11 février / La Sucrerie
Amiens (80) / du 16 au 18 février / La Maison de la Culture à Amiens
Poitiers (86) / le 2 mars / Le TAP-Théâtre Auditorium de Poitiers, scène nationale
Gagny (93) / le 6 mars / Le Théâtre André Malraux
Val-de-Reuil (27) / le 9 mars / Le Théâtre de l’Arsenal
Miramas (13) / le 13 mars / Le Théâtre La Colonne
Nantes (44) / du 22 au 26 mars / Le Grand T, Théâtre de Loire-Atlantique
Armentières (59) / le 3 avril / Le Vivat, scène conventionnée d’intérêt national art et création
Chelles (77) / le 9 avril / Le Théâtre de Chelles
Saint-Quentin-en-Yvelines (78) / du 15 au 16 avril / Le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines – Scène nationale
Petit-Quevilly (76) / du 21 au 23 avril / Le CDN de Normandie-Rouen – Le Théâtre de la Foudre
Fontenay-sous-Bois (94) / du 29 au 30 avril / Fontenay-en-scènes
Brétigny (91) / le 7 mai / Le Théâtre Brétigny – Scène conventionnée  arts et humanités
Mantes-la-Jolie (78) / du 11 au 12 mai / Le Collectif 12, en collaboration avec le Théâtre de la Nacelle à Aubergenville

Incandescences – face à leur destin d’Ahmed Madani
Mise en scène d’Ahmed Madani

avec Aboubacar Camara, Ibrahima Diop, Virgil Leclaire, Marie Ntotcho, Julie Plaisir, Philippe Quy, Merbouha Rahmani, Jordan Rezgui, et Izabela Zak

  • assistant à la mise en scène Issam Rachyq-Ahrad
  • création vidéo Nicolas Clauss
  • création sonore Christophe Séchet
  • regard extérieur chorégraphique  Salia Sanou assisté de Jérôme Kaboré
  • coach vocale Dominique Magloire
  • création lumière et régie générale Damien Klein
  • costumes Ahmed Madani et Pascale Barré
  • administratrice de production Pauline Dagron
  • chargée de diffusion & développement Isabelle Boiro-Gruet
  • production Madani Compagnie
  • © photos Nicolas Clauss
ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER
A slider with the ID of 1 doesn't exist.