La Compagnie Air de Lune propose une adaptation passionnante de « La Bonne âme du Se-Tchouan » dans la magnifique salle des Ateliers Berthier jusqu’au 15 Décembre. Dans une mise en scène de Jean Bellorini, cette pièce typiquement brechtienne prend la forme d’un appel festif à l’humanisme tout en conservant un fondement populaire et contemporain. Les 3h de spectacle filent à toute allure devant la beauté des tableaux et la modernité du texte. Ne ratez pas ce chef-d’œuvre !

 

images-2

Un éclairé arrive sur Terre dans la province du Se-Tchouan à la recherche d’une bonne âme. Après de multiples tentatives pour trouver un toit c’est finalement Shen Té la prostituée qui lui offre le gite et le couvert. Pour la récompenser de sa bienveillance l’éclairé lui laisse de l’argent avec lequel Shen Té essaie de démarrer une nouvelle vie. Elle commence par acheter un modeste débit de tabac. Mais très vite celui-ci devient le radeau de la méduse pour tous les malheureux de la province.

Comment faire le bien ? Comment et jusqu’à quel point être bon envers autrui peut nuire à soi-même ? Autant de questions auxquelles doit répondre Shen Té avec ce cadeau de l’éclairé. Son premier réflexe est de se sauver elle-même de la misère mais face aux multiples demandes de ses contemporains elle sera dans l’obligation de se créer un personnage misanthrope et sans scrupules sous les traits de Shui Ta. Tel un réflexe de survie, un moyen ultime pour ne pas tomber en perdition Shui Ta prendra les choses en main et sauvera Shen Té des conséquences de sa trop bonne âme.

La distribution est exceptionnelle, dix-huit comédiens donnent vie à ce texte avec une énergie débordante. Saluons les prestations de Geoffroy Rondeau et Camille de la Guillonnière pour l’effort de travestissements, chacune de leurs interventions est hilarante. On appréciera également la fougue de François Deblock dans le rôle du marchand d’eau Wang. Enfin Karyll Elgrichi, émouvante de bout en bout, incarne à la perfection le dilemme entre les deux facettes de la même personne Shen Té et Shui Ta.

En plus de la mise en scène Jean Bellorini signe la scénographie fourmillante de trouvailles de cette adaptation. Instaurant au départ son action dans l’angle d’un mur afin d’en assurer son universalité, il surprend le spectateur au fur et à mesure de l’intrigue révélant çà et là des nouveaux éléments encastrables. Un plateau modulable, à tiroirs qui fait un très bel écho à cette pièce chorale où les prises de parole sont multiples et en changement perpétuel. On notera également la poésie et le lyrisme de certains tableaux notamment grâce à l’utilisation de guirlandes lumineuses ou la symbolique de la pluie qui tombe. Tel un film des images précises de ce spectacle se fixeront dans votre esprit pour mieux se superposer aux questionnements humanistes du théâtre de Brecht, une vraie merveille !

 

Audrey Jean

 

« La Bonne âme du Se-Tchouan » de Bertol Brecht

Mise en scène et scénographie de Jean Bellorini
Traduction Jean Bellorini et Camille de la Guillonnière

 

Avec : Med Hondo, Karyll Elgrichi, Marc Plas, Marie Perrin, François Deblock, Jacques Hadjaje, Geoffroy Rondeau, Camille de la Guillonnière, Jules Garreau, Clara Mayer, Damien Zanoly, Blanche Leleu, Léo Monème, Côme Malchiodi, Hugo Sablic, Teddy Melis, Claude Evrard et Danielle Ajoret

Et les musiciens : Michalis Boliakis, Hugo Sablic et Teddy Melis

 

Jusqu’au 15 Décembre à 20H

Aux Ateliers Berthier, 1 rue André Suares Paris 17

Odéon Théâtre de l’Europe

L’Arche éditeur est agent du texte représenté 

 

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER