Le lucernaire nous propose actuellement une reprise des Carnets d’Albert Camus adapté, mis en scène et interprété par Stéphane Olivié Bisson. Albert Camus avait tenu un journal entre 1935 à 1959 où à travers un prisme original, il nous fait revivre les soubresauts de ce début de siècle. Ces témoignages disparates traduisent la complexité, la puissance et la sensibilité de son auteur. En choisissant quelques clés dans cette œuvre, Stéphane Olivié Bisson nous livre une performance saisissante déclinant les diverses facettes de la personnalité de Camus.

Si son journal débute en Algérie où il traduit la beauté de ce pays qu’il affectionnait tant, Camus s’émeut des paysages, d’un lever ou d’un coucher du soleil. Ce pays écrasé de lumières et de contrastes touche le plus profond de son être. Si sa sensibilité se nourrit de cet environnement où il se sent à l’aise, sa personne même ressent des sentiments ambivalents sur l’amour et l’amitié. Il est pur et exigeant. Il veut tant et trop peut-être. Sa soif des autres se heurte à une sorte de désabusement dû à son incapacité à répondre à de simples demandes. Il est à la fois simple et complexe. Il brosse le portrait de sa mère, sourde, qui ne lit que sur les lèvres mais avec qui il communique tant.

Son travail de romancier et essayiste l’accapare. Il n’entendra pas céder aux caprices de la renommée qui lui fera connaitre plus tard la plus grande des consécrations littéraires. Sa démarche reste modeste. Il demeure humble devant son destin qui l’attend. Dans ce tourbillon qui emporte sa jeunesse, ses romans, l’Algérie, ses proches, et ses amours, il est tout à la fois, ne lâche rien et concède tout. Son œuvre est l’image de sa vie, humble et totale.

Stéphane Olivié Bisson a réalisé un travail colossal d’adaptation en nous livrant certains axes de cette vie passionnée. Il emprunte à son auteur son désabusement et ses failles nous démontrant la grandeur de l’homme. Il incarne cet homme sûr de sa vie, de ses choix et totalement déroutant. Stéphane Olivié Bisson est Albert Camus rempli de ses doutes et de ses certitudes. Par-delà cet être extraordinaire, il touche à l’essence même de l’homme dans ce qu’il a de plus noble.

Laurent Schteiner

 

Les CARNETS d’Albert CAMUS 
adaptation, mise en scène et interprétation Stéphane Olivié Bisson

  • Lumières : Franck Thévenon
  • Musique : Eric Capone
  • Costumes : Nancy Sanchez
  • Vidéo : Emma Champy et Emilie Leprêtre
  • Collaboration artistique : Bruno Putzulu

Lucernaire
53 rue ND des Champs
75006 Paris
www.lucernaire.fr

Tel : 14 45 44 57 34

Jusqu’au 27 septembre 2020, du mardi au samedi à 19h, dimanche à 15h

 

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER
A slider with the ID of 1 doesn't exist.