Laurent Schteiner

« Ouvrez vos cahiers »! Le Lucernaire nous présente une joyeuse comédie, Carnet de notes de la Compagnie du Sans Souci, qui effeuille  les pages de vie d’un écolier. Ce spectacle constitue une promenade musicale enchanteresse emmenée par une troupe de comédiens, chanteurs et musiciens étonnants.

Continuer la lecture

Les 3 sœurs de Tchekhov se donnent actuellement au théâtre de l’Odéon dans une mise en scène magistrale de Simon Stone. Les superlatifs manquent pour décrire cette mise en scène géniale assise sur une réécriture du texte tout  en conservant le squelette de cette pièce mythique. On mesure la qualité de la direction d’acteurs et l’interprétation remarquable des comédiens qui propulsent cette pièce parmi les meilleures mises en scène du moment.

Continuer la lecture

Le théâtre de l’Odéon nous propose actuellement une œuvre de Lucia Calamaro, La vita ferma. Cette pièce interprétée en italien, surtitrée en français se déguste tant l’humour et le décalage introduisent une voie philosophique et sociologique bienvenue dans les thèmes existentiels qui traversent les individus. Ce spectacle intelligent en tout point constitue une belle réflexion des vivants sur le monde des morts et un bel hommage à la mémoire, la mémoire de l’amour.

Continuer la lecture

Le théâtre Tristan Bernard nous offre actuellement Mon ange (« Angel ») d’Henry Naylor,une pièce de toute beauté. Ce seul en scène, interprété par Lina El Arabi, d’une force et d’une intensité inouïe, nous transporte au cœur du conflit syrien. La précision de ce texte alliée à l’interprétation renversante de cette comédienne recrée le martyre des Kurdes qui ont payé un lourd tribu à cette guerre menée par les fanatiques de Daech.

Continuer la lecture

Le théâtre des Béliers Parisiens présente actuellement une très belle comédie d ‘Aïda Asgharzadeh et Kamel Isker, La main de Leïla. Ce spectacle retrace les émeutes qui ont secoué l’Algérie en 1988. Ce spectacle créé de façon très intelligente dispose de nombreuses qualités susceptibles de faire ressortir  la profondeur des personnages et les problèmes de cette société algérienne de cette époque. Aïda Asghazadeh n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle nous avait enchanté avec son dernier spectacle les Vibrants, un hommage aux gueules cassées de la Grande Guerre (Prix de la Presse au Festival d’Avignon 2014).

Continuer la lecture

SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
ARCHIVES
A NE PAS MANQUER