Théâtre

La famille Ortiz de Jean-Philippe  Daguerrre  avait constitué notre coup de coeur lors du dernier festival d’Avignon. Joliment écrit, ce spectacle désormais à l’affiche du Théâtre Rive Gauche, nous fait pénétrer au sein même des secrets de famille. Cette très belle histoire remplit le coeur d’une allégresse envers une famille unie par l’amour et où chaque instant est pleinement vécu et fêté. Un très joli spectacle.

Continuer la lecture

Abbi Patrix conteur de génie s’associe avec le compositeur Wilfried Wendling pour une performance étrange, un parcours déambulatoire qui interroge le rapport à l’identité, qui remet en perspective la notion même de réalité. Un jeu de piste loufoque et envoûtant qui suit en loin les pas de Peer Gynt, un chemin sinueux qui s’amuse de ce qu’il rencontre et qui accueille l’autre dans sa diversité. « Fake tout est faux tout est fou » est multiple, nous avons eu la chance d’y assister sous l’écrasante canopée du forum des halles, mais ce sera dorénavant dans la gare de l’est qu’Abbi Patrix et La muse en circuit officieront. À vos casques pour cette immersion sonore étonnante à la recherche des trolls et du vrai.

Continuer la lecture

Après son diptyque « Au delà des ténèbres » Simon Abkarian revient avec sa troupe au Théâtre du Soleil et s’attaque cette fois au mythe d’Électre. Il nous offre une réécriture lumineuse et haletante de la tragédie, auréolée par l’énergie débordante de ses acolytes et une esthétique chiadée. Un travail de troupe remarquable à découvrir jusqu’au 3 novembre.

Continuer la lecture

Le théâtre Michel nous présente actuellement  une comédie policière, Piège pour Cendrillon, d’après Sébastien Japrisot. Cette histoire menée tambour battant ne laisse guère de répit tant l’intrigue nous tient en haleine. Chausse-trappes et rebondissements sont au programme de cet excellent divertissement signé Sébastien Azzopardi et adapté par Aïda Asgharzadeh !

Continuer la lecture

Le TGP nous propose actuellement Lewis versus Alice, un spectacle haut en couleur de Macha Makeïeff. Se nourrissant de l’univers fantasmatique de Lewis Caroll, Macha Makeïeff se soumet à un exercice de style abouti en émaillant ce spectacle de quelques tranches de vie de son auteur. Cette imbrication de la vie de Lewis Caroll dans son œuvre apporte à ce spectacle une dimension originale en permettant de saisir les contours d’une personnalité aux contours opaques. ce spectacle d’une incroyable force nous renvoie à cet univers où les fantasmes de son auteur se marient pleinement à la fantasmagorie de ce célèbre conte.

Continuer la lecture

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER