Théâtre

Le théâtre 13 présente actuellement un magnifique spectacle empreint d’humanité, « Danser à la Lughnasa » de Brian Friel. La mise en scène signée Gaëlle Bourgeois nous transporte en Irlande en 1936.  Cet été là, deux hommes vont faire irruption dans ce monde féminin : l’oncle Jack qui revient mourant d’Ouganda après avoir passé 25 ans à servir dans une Léproserie et Gerry Evans, le charismatique père de Michaël, trop souvent absent. L’Irlande change, les mœurs évoluent, les campagnes se dépeuplent. C’est la fin d’une époque mais aussi celle de l’enfance de Michael. Il nous raconte « ce curieux mélange de souvenirs »….  Mais découvrez plutôt notre entretien avec Gaëlle Bourgeois, l’artisan de ce beau succès :

Continuer la lecture

Le Studio Hébertot nous présente actuellement une pièce fort originale, quelque peu intimiste, qui décrit l’itinéraire truculent d’un comédien juif. Ce récit autobiographique est savoureux à plus d’un titre car il mêle un kaléidoscope d’émotions nous touchant tous en plein coeur. Daniel Milgram nous renvoie à nous-mêmes en interrogeant Dieu, nos rêves ou encore nos doutes. Ce spectacle bien ficelé nous entraîne dans l’enchevêtrement incertain de nos sentiments les plus intimes.

Continuer la lecture

Le théâtre 13 nous propose actuellement une chronique familiale irlandaise du début du siècle dernier signée Bian Friel, Danser à la Lughnasa. Ce spectacle, fruit d’un magnifique travail de mise en scène de Gaëlle Bourgeois est une ballade irlandaise étincelante aux accents « tchekhoviens ».   Continuer la lecture

Suite Française d’Irène Némirovsky  constitue le 2e et dernier volet que cette auteure a consacré à la seconde guerre mondiale entre 1941 et 1942 avant d’être déportée vers les camps de la mort. Prix Renaudot 2004, cette adaptation théâtrale de Virginie Lemoine et de Stéphane Laporte au théâtre La Bruyère est particulière poignante et rend à merveille toute l’intensité de l’humanité de cette femme tragiquement disparue.

Continuer la lecture

La Manufacture des Abbesses nous présente actuellement un texte de Nathalie Sarraute, Pour un oui ou pour un non, dont l’intelligence réside dans les fines perceptions de nos relations humaines. Pour un Oui ou pour un non prend à son compte la maxime de Paul Klee pour qui « l’Art ne restitue pas le visible : il le rend visible ». Mis en scène par Tristan Le Doze, ce petit moment de théâtre prend les allures d’un ensemble bien pesé et enchanteur à plus d’un titre.

Continuer la lecture

ARCHIVES
SUIVEZ-NOUS
Facebook Flux RSS
Abonnez vous à la newsletter :
NE PAS MANQUER